2018: récit d’une libération

À la veille de passer en 2019, je me suis mise à repenser à mon année 2018. Cette année, je me suis offert le plus beau des cadeaux:  ma liberté , la paix intérieure, ma santé mentale retrouvée, des envies d’avancer et des projets pleins la tête. Je me suis offert une nouvelle vie. Mais pour comprendre l’impact fou que cette année a eu sur moi, il faut se plonger dans les années qui la précèdent.  Et notamment la pire de ma vie, 2017.

Toutes mes amies proches vous diraient que j’étais dingue de mon mari. Il était beau, il me faisait rêver, voyager, il me faisait me sentir unique et désirée. Depuis 2011 il faisait vibrer mon coeur et frissonner ma peau. L’amour rend aveugle parait-il. Tellement aveugle que je n’ai rien vu du piège psychologique et de la spirale destructrice dans laquelle je tombais en aimant un pervers narcissique.

Nous sommes en Janvier 2015, je viens enfin d’immigrer aux USA après 2 ans de mariage, je suis arrivée il y a deux semaines plus amoureuse et prête à vivre notre vie à 2 que jamais. Je pense souvent à ma chance, je suis jeune, je suis expatriée aux États-unis, une nouvelle vie s’offre à moi sur un plateau en or, je suis mariée à un homme que l’on m’envie, il a ce charisme purement américain qui charme à tous les coups. Ça oui, j’en ai de la chance. Tout le monde me dit que cela se voit qu’il m’aime.

Mais ce soir je me retrouve traînée par terre, tirée par les cheveux, pourquoi met-il ses mains que j’aimais tant sur ma bouche en me plaquant au sol ? Cela ne faisait pas partie de mon plan de vie. Il y a erreur, il doit être en colère après moi, je n’aurais jamais dû lui répondre. C’est ma faute.

Le lendemain, j’avais déja accepté cet événement comme isolé. Après tout il est venu s’excuser, il avait mal réagi parce que je l’avais vraiment énervé.

C’était le premier vrai incident, mais comme il le dit, un mariage c’est difficile. Si en plus on rajoute le stress d’une vie entière déménagée outre-atlantique et la première année vraiment ensemble…oui, il avait raison.

Je vous passe les détails, mais comme vous vous en doutez, ce n’était pas un événement  isolé. Jamais de coups, pour ne pas faire femme battue, jamais des choses vraiment douloureuses physiquement, il ne fallait pas que son image soit atteinte. Je ne me considérais d’ailleurs jamais comme une victime. C’était juste normal. Tous les gens qui nous connaissaient tous les deux l’adoraient, il était un mari parfait. C’est donc moi qui devait être une mauvaise femme.

La vraie violence d’un pervers narcissique, son vrai talent, c’est la manipulation mentale. C’est un gouffre sans fond où on a l’impression de devenir folle, il nous dit tout et son contraire, vous rit au nez en vous faisant sentir comme une raclure de fond de poubelle. C’est simple, selon les études, les victimes d’abuseurs émotionnels tels que des pervers sont à très haut risque de suicide, c’est vous dire la violence de l’impact sur votre santé mentale.  Il m’avait d’ailleurs suggéré de passer à l’acte lors d’une discussion sur un auteur qui s’était pendu. Ça l’avait fait beaucoup rire.

Les discussions simples finissaient en jugement à huit clos, où je sentais un poignard dans le ventre. Ma vie ne ressemblait plus à rien. Il continuait son ascendant sur moi en me suggérant très fortement d’arrêter de travailler en plein milieu de grossesse, qu’il prendrait soin de moi et me donnerait l’argent dont j’ai besoin pour les courses. En échange, je pouvais être entièrement dévouée.

J’étais devenue sa chose, complètement isolée dans un nouveau pays, pas le temps de faire des amis, pas d’argent à moi, mon but de vie devait être son bien-être. Je ne pouvais pas partir, parce qu’il disait qu’il noirait mes chiens. Et puis qui est-ce que la police va croire, une immigrante qui selon ses dires « sait à peine aligner deux mots en anglais et qui est une mauvaise épouse » ou alors un vétéran de l’armée, un patriote américain qui n’a jamais eu de souci avec la justice ?

 

Alors oui je suis restée. Moi qui pensait que ces femmes restaient par manque d’éducation, de courage, de motivation. Moi la femme qui voyageait toute seule, qui ne rendait de compte à personne. Au début je restais par amour, car un pervers n’est pas tout le temps mauvais, il souffle chaud et froid, c’est 1 jour de bonheur et de passion pour 4 jours de supplice. Je me raccrochais à ça me disant qu’il verrait bien comme on est heureux quand il est de bonne humeur ! Ensuite, Je suis restée car j’étais à terre, enceinte, sans travail, sans argent, sans connaitre une âme prête à m’aider dans ce pays. Je me suis convaincue que je pouvais vivre cette vie, que si je devenais l’épouse de ses rêves il arrêterait de boire et de me prendre pour la responsable de tous ses maux ?

Mais je suis surtout restée pour une raison: la honte. J’avais tellement honte d’être dans cette situation, j’avais vendu du rêve à mes amies, j’avais sur papier tout pour être heureuse, le paraître était hyper important. La honte d’être étiquettée « divorcée de moins de 30 ans », mère célibataire, de fraudeuse a l’immigration. Ou pire, de mauvaise épouse.

 

Son jeu mental a tellement bien fonctionné que nous voici en 2017, je suis toujours mariée. Je ne suis que l’ombre de moi-même, je fuis les miroirs pour éviter de me retrouver et de fondre en larmes. Je viens d’accoucher de ma princesse, mais sans joie, sans célébration, car j’ai triché selon lui , après 41 heures de travail naturel, j’ai exigé d’aller aux urgences car je n’en pouvais plus physiquement. J’étais devenue une espèce de sous-femme à ses yeux, même pas capable d’accoucher normalement.

Je ne le sais pas encore, mais c’est elle qui va tout déclencher. Elle est arrivée quand je commencais à perdre sérieusement pied. Certes, elle me lie à lui pour toujours, mais je n’aurais jamais eu la force de m’en sortir sans elle.

Je n’ai même pas calculé le fait d’avoir toutes les tâches ménageres à assurer en revenant de mes 4 jours à l’hôpital le jour même, ni le fait que je le retrouve complètement ivre sur la terrasse, qu’il avait commandé une pizza qu’ils ont mangé à 2 avec son frère, en me laissant une part froide et me jetant la boîte pour me laisser manger apres eux comme un chien. Je n’ai même pas relevé le fait qu’il ait enfoncé ses doigts dans mon bras pour me dire de ne pas lui faire de réflexions devant son frère, ni les intimidations en me coinçant dans la salle-de-bain. Et je ne lui en ai pas non plus voulu de me cracher au visage la premiere bouchée d’un plat que je lui ai cuisiné et qu’il a detesté. Il était déçu que ce soit une fille.

J’avais accepté d’être une citoyenne de seconde zone dans ma maison, d’être vue mais pas entendue, d’être une ombre à son service. Une coquille creuse qui ne souriait plus pendant que lui se nourrissait de ma détresse psychologique. Il avait main mise sur mon temps, mon équilibre mental, mon corps et mes finances.

Tout ça, je l’ai laissé passer. Là où mon instinct s’est enfin remis en marche, c’est quand il est rentré un mardi soir, ivre, et s’est mis sur le canapé en s’urinant dessus. Je me suis assise sur la table basse, je l’ai regardé et ai pensé à ma fille. Je ne peux pas lui faire subir une vie comme ca. Un père mysogine, aux principes arrièrés, qui me parlait de la marier à 18 ans pour achever son rôle de femme, hors de question de voyager ou de faire des études. Je l’ai imaginée grandir dans cet environnement, oppressée,  avec une mère dépressive et intimidée qui se laisse faire. Quel environnement toxique! Il en était hors de question.

Alors je me suis mise à réfléchir. Comment pouvais-je faire pour avoir une rentrée d’argent sans avoir à payer pour la garde de ma fille, et accumuler assez d’argent pour partir? De fil en aiguille, je me suis rendue compte que mon seul talent qu’il osait reconnaître était de trouver des trésors en friperie. Des vêtements et chaussures de designer, qui se revendaient très bien et très vite.

Pour vous, au travers d’instagram, cette activité n’était qu’un hobby, pour moi, c’était mon fil d’ariane qui allait me sauver moi et ma fille.

J’étais déja tellement épuisée mentalement que je n’arrêtais pas de faire des bêtises. J’ai mis du diesel dans ma voiture essence, ce qui l’a fait beaucoup rire, j’ai du rentrer en stop avec mon bébé car il refusait de venir aider une femme aussi conne, j’ai oublié plusieurs plats sur le feu, j’ai enfermé ma fille par accident dans la voiture avec les clés a l’intérieur. Je ne m’apprêtais plus, j’avais l’air d’ une dépressive en prison. J’avais peur de parler au téléphone à des inconnus. Bref, j’étais à point. Et il se délectait de l’effet de son emprise sur moi.

Ma libération a commencé en acceptant ma situation, je me fichais désormais pas mal d’etre divorcée, je commençais à regarder la vaisselle que j’aimais pour un futur chez moi, et puis en en parlant un petit peu aux mamans du parc. Et puis d’un coup comme ça, en en parlant un peu, le flot est sorti, et vous seriez surprises du nombre de femmes qui m’ont dit avoir connu cette situation. Et puis un matin, je n’avais plus honte, j’avais dépassé ce stade psychique et ai fait le deuil de cette vision de mon mariage, de cette image en tête de mon mari tenant notre fille dans les bras. J’ai accepté de perdre cette version de ma vie, et me suis autorisée à passer à autre chose. J’avais mon plan en marche.

Plusieurs mois se passent, je suis désormais en mode battante malgré les bousculades,  pluies d’insultes, les mensonges et les menaces d’emmener ma fille au Mexique. Je l’enregistre avec le téléphone pour me repasser la discussion et ne pas penser que j’ai tout inventé quand il niera les faits. Je tiens ma façade habituelle pour ne pas qu’il me calcule. De toute façon, il a tellement lâché prise et me croit tellement stupide qu’il ne se doute de rien. Jusqu’à ce soir d’octobre, ou il a compris que j’avais osé être intelligente, j’avais osé m’organiser dans son dos, mais surtout j’osais le quitter. J’osais le faire paraître con. Il a pas supporté.

Il est venu me trouver dans mon bureau. Il a posé son arme devant moi. Il s’est approché de moi, j’étais assise devant l’ordinateur.

Il m’a aggripé la nuque, et m’a murmuré, « si tu crois que tu vas me faire ça, tu as tort. Si je dois aller en prison ce soir, ça ne sera pas pour rien, ça va valoir le séjour ». J’étais paralysée par la peur, il ne rigolait pas et son regard était complètement vide, il était donc capable de tout. J’ai un trou noir à partir de là. Il est sorti fumer je crois. J’ai appelé la police apres avoir bien réfléchi aux conséquences. Je savais que cette soirée allait être le début de quelque chose. C’était peut-etre la seule occasion qui se présentait à moi, mais j’hésitais encore à la saisir, par peur.

Ils sont arrivés toutes sirènes hurlantes. Une assistante aux victimes est venue avec eux, et avec les questions qu’elle m’a posée et les documents qu’elle m’a montrés, j’ai realisé, en pleurs, que j’en étais à un stade avancé de violence domestique. Pas besoin de coups, tant qu’il y a violence psychologique, émotionnelle, financière, verbale ou/et physique qui ne se voit pas, cela fait partie de la charte des violences « en spirale », dont l’issue principale est la mort, que ce soit meurtre ou suicide.

Tout s’est enchainé très vite. C’est comme si j’avais ce soir là appuyé sur un bouton magique pour me sortir de mon mauvais rêve. Le système s’est enclanché tout seul, mon avenir s’est déplié devant moi comme si l’univers avait répondu à mes attentes.

Il enchaîne les tribunaux, deux ordres d’interdiciton de m’approcher sont mis en place, je suis désormais seule, sans argent mais avec de l’espoir et l’envie de m’en sortir. Pour finir en beauté cette année 2017, mon chien est mort 3 semaines après cette nuit là et j’avais des crises d’angoisse en pensant qu’il allait se pointer un soir pour finir le travail.

7 ans, je lui ai donné 7 ans de ma vie, de ma vingtaine, les meilleures années pour voyager, découvrir la vie, s’amuser. J’ai accepté ce sacrifice pour ne pas montrer que j’échouais, pour ne pas être « la nana divorcée ».

Autant vous dire que j’ai commencé 2018 à genoux, humble de cette expérience, qui peut arriver à vraiment tout le monde. Je l’ai laissé m’atteindre à ce point, tout ça par amour et espoir de jours meilleurs à deux.

 

Et puis ce fut le salut. 2018, année de changement, année qui m’a fait voir le bout du tunnel.

En Janvier 2018, j’ai trouvé un travail, j’ai eu des opportunités qui m’ont apporté des rentrées d’argent supplémentaires, j’ai économisé. J’ai lancé la procédure de divorce le lendemain de nos 5 ans de mariage, je me suis battue toute seule avec le système judiciaire américain quand lui avait droit à un avocat commis d’office, j’ai frappé aux portes des aides financières pour la crèche de ma fille, j’ai fait la queue debout pendant 9 heures pour parler à une assistante sociale, je n’ai eu aucun honneur, aucune fierté mal placée. Ça n’avait pas d’importance, une des choses que j’ai apprise dans cette situation c’est qu’il ne faut pas avoir peur de profiter des aides mises en places. Je réalisais que je n’étais pas un cas unique, et je restais concentrée sur mon objectif pour me donner la volonté de continuer.

En Mai 2018, j’avais assez d’argent pour déménager, l’opportunité a fait que je suis tombée sur la maison que j’ai achetée. Moi qui 6 mois auparavant n’avait rien, j’étais maintenant propriétaire d’une maison aux USA. J’avais réussi ça toute seule. Cela a reboosté ma confiance en moi, je me suis retrouvée, j’avais envie de m’en sortir, de me battre pour offrir le meilleur à ma fille. Cette nouvelle vie, je me la suis offerte sur un plateau, parce que quand on a le feu sous les fesses, il paraît qu’on fait des miracles.

J’ai appris à gérer le stress de parler en public et à témoigner en anglais devant un tribunal impatient, j’ai canalisé mon énergie sur les tonnes de papier à remplir et les termes légaux à apprendre. Après les coulisses de l’immigration, je bataillais de toutes mes forces avec le système judiciaire américain, toute seule. Mais je me sentais forte.

Ah non mais quel parcours cette expatriation! Je l’ai pris de plein fouet,je me suis perdue dans le brouillard, je me suis pris de sacrées branches dans la gueule, pour enfin apercevoir le bout de la clairière avec son petit ruisseau.

Le divorce s’est finalisé en Juillet, Il a tout perdu, sa vie, son ascendant sur moi, la garde et les droits de visite sur sa fille, mais il a gardé son addiction, c’est le choix qu’il a fait pour sa vie.

Moi j’ai gagné ma santé mentale, le goût de la vie, le courage de me lancer dans des projets, de nouveaux amis, une qualité de vie pour ma fille, une maison calme et sans drame. Je suis devenue mon propre prince charmant.

2018 a été l’année de ma renaissance, de ma reconstruction, de la redécouverte de ma féminité, de ma force de caractère. 2018 m’a redonné espoir, m’a fait comprendre qu’il n’y a pas à avoir honte d’une situation, j’ai grandi d’un coup en faisant un cheminement mental qui avait été bien enfoui et brouillé les années auparavant. Je la bénis cette année, et j ‘ai tellement hâte de voir ce que 2019 me réserve. Je vais monter mon business, me focaliser sur moi et ma fille, faire des activités fun, reprendre confiance en moi et surtout, ne plus jamais tomber dans le panneau, ne plus jamais ignorer les signes alarmants, que ce soit en amour ou en amitié.

Si vous êtes dans une situation où vous vous sentez bloquée, prise a la gorge, dans une spirale infernale, dans une relation toxique à tendance violente, sachez que vous n’êtes pas seule, parlez-en, commencer à vous libérer de l’emprise avant que le pire n’arrive. Osez vous offrir une seconde chance, accepter de quitter cette impasse, de vous aimer suffisamment pour ne pas vous laisser manipuler. Cette étape m’a pris plus d’un an, ce ne sera pas forcément rapide, mais les graines que l’on sème poussent un jour. N’écoutez pas cette petite voix qui vous met dans l’embarras, qui vous empêche de vous confier, la honte, c’est l’autre qui doit la ressentir. Vous êtes plus fortes que vous le croyez.

C’est l’expérience la plus difficile que j’ai eue à vivre, à coté de ça, tout quitter pour partir avec un sac a dos à Montréal pour y vivre c’est du pipi de chat.

Il était censé m’aimer. Comme Ariana le dit très bien, Thank you, NEXT. Je vais m’aimer moi-même.

Moi qui ne me confiais jamais, j’ai décidé de partager mon expérience intime car lire des témoignages de femmes m’avait beaucoup motivé et montré la voie à suivre. Cela m’avait évité de succomber à la peur et de renoncer. Je n’ai plus honte que cela fasse partie de mon histoire, tout le monde a des casseroles. Alors autant faire un festin.

J’espère que cet article est le signe que vous attendiez, ou si vous connaissez quelqu’un dans cette situation, osez briser la glace, ce sujet ne devrait pas être tabou et se livrer offre un grand réconfort et est la fin de l’emprise mentale. Si j’ai pu m’en sortir toute seule à des milliers de kilomètres de ma famille, vous pouvez le faire. Vous êtes fortes.

Voilà, la rétrospective de mon année n’est pas glamour, cela ne se montre pas sur Instagram, je n’ai pas de belles photos qui vous font rêver. Mais toutes les années ne sont pas faites pour vivre des choses extraordinaires, certaines sont faites pour se retrouver et élaborer un stratagème pour sortir la tête de l’eau, certaines sont faites pour se reconstruire, dans son coin loin du regard des gens, et certaines sont faites pour vous apprendre des leçons de vie. 2018 a été une année pleine de changements, maintenant place aux projets!

Bonne Année !

-C

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivre:

Comments

  1. Marine
    1 janvier 2019 / 18 06 57 01571

    Article très émouvant qui met en lumière ce que bien des femmes peuvent subir… Une amie était dans le même cas et je sais à quel point c’est dure de se sortir de cette vie, il faut faire preuve d’une grande force morale. Mais rien n’est jamais perdu, et il faut toujours y croire. Je te souhaite le meilleure dans ta nouvelle vie et de la réussite dans tes nouveaux projets.

  2. Melodie
    1 janvier 2019 / 19 07 01 01011

    Oh Constance… J’ai un peu pleuré pendant la lecture de cet article, tu es tellement forte, je t’admire beaucoup! Je te souhaite vraiment tout le meilleur pour 2019, tu le mérites plus que tout. Profite de la vie, de ta fille, de toutes les opportunités qui s’offriront à toi <3 <3

    • Sandrine Rouchy
      2 janvier 2019 / 19 07 44 01441

      Mais quel courage, un grand BRAVO d’être vous, vous avez réussi par vous même. Je vous souhaite une très bonne année, vous méritez le meilleur ainsi que pour votre fille. Plein de bisous

  3. Virginie D
    1 janvier 2019 / 19 07 15 01151

    Bravo pour ce témoignage touchant! Pas de photos glamours sur instagram, mais ton âme doit être rayonnante à l’intérieur!!! Ta petite fille sera bien fière de sa maman !

    • Two_leblog
      1 janvier 2019 / 22 10 02 01021

      Et c’est bien plus important qu’une retrospective en photo !

  4. 1 janvier 2019 / 19 07 22 01221

    Bravo Constance tu en as eu du courage.
    Cela motive enormement. Moi j’ai fait face a des relations amicales/familiales, nocives auxquelles j’ai mis fin en 2018 aussi. Bon rien a voir avec ce que tu as vecu. Mais mon mari a des crises d’anxiété et de depression qui sont epuisantes émotionnellement. Du coup cela m’a ouvert les yeux sur certaines relations amicales et familiales (meme de l’autre cote de l’atlantique) qui n’etaient pas bonnes pour moi. Qui avec ce que je vivais deja, me faisait me sentir encore plus epuise et deprime. En les arretant j’ai retrouver un peu plus de force pour accompagner mon mari dans ses moments difficiles qu’il traverse.
    Je suis contente que tu puisses t’exprimer sur le sujet comme tu le fais, que tu es reussis a surmonter tout cela. Je te souhaite tout le bonheur du monde et une annee 2019 extraordinaire!!!
    Gros bisou
    Pauline

    • Two_leblog
      1 janvier 2019 / 22 10 03 01031

      si tu lis l’anglais, il faut que tu achetes « the subtle art of not giving a fuck », ou alors il y a un ted talk sur youtube « stop giving a fuck ». C’est fascinant, tu vois ta charge mentale sous un autre jour et ca te permet de te concentrer sur les choses importantes

  5. Mlanie
    1 janvier 2019 / 19 07 33 01331

    Ouah je suis sans mot de voir ce que tu as vécu ! Je suis très triste que tu ai dû vivre ça mais je suis contente que tu t’en sois sortie. C’est beau de voir ton parcours. Que tout tes projets continue à se réaliser. ❤️

    • Two_leblog
      1 janvier 2019 / 22 10 04 01041

      merci beaucoup! tu me crois si je te dis qu’aujourd’hui je n’en suis plus traumatisee ?

  6. Sarah Tredez
    1 janvier 2019 / 19 07 37 01371

    Bonjour Constance,
    merci de nous avoir écris ton histoire merci pour celles qui pourront se servir de ton vécu pour elles aussi prendre leur envol. Un grand bravo à toi pour cette victoire et cette liberté retrouvée. J’ai justement commencé à te suivre sur instagram il y a plusieurs mois et j’apprécie ta simplicité, ta façon d’être, ton humour et ta façon de partager avec nous, des inconnus, ta vie, tes loisirs, ta poupée mini toi et ta passion pour la décoration. Merci pour cette année de partages. Je souhaite une délicieuse année 2019 et ++ . Bises. Sarah

    • Two_leblog
      1 janvier 2019 / 22 10 05 01051

      merci beaucoup de ton soutien, c’est le but premier de cet article. Je n’ai pas besoin d’appitoiement, je souhaite juste etre un signe pour une femme dans la meme situation

  7. Alexia
    1 janvier 2019 / 19 07 57 01571

    🙏🏻🙏🏻🙏🏻
    J’espere que ton année 2019 sera pleine de beaux moments et de belles rencontres. Tu le mérites.

  8. Nessa
    1 janvier 2019 / 20 08 05 01051

    Tu es une battante et ta fille a de la chance d’avoir une maman comme toi. J espère que 2019 t’apporteras la sérénité et tout se que tu désire. Bisou à vous deux

  9. mena bree
    1 janvier 2019 / 20 08 13 01131

    ton message me laisse sans voix, tu es une battante, tu as su voir l’avenir pour ta fille et toi et tu as choisi le meilleur, ton message sera porteur pour plusieurs femme j’en suis certaine, merci de nous avoir confié les détails les plus sombre de ta vie, chapeau bas à toi

    • Two_leblog
      1 janvier 2019 / 22 10 06 01061

      merci de ton soutien! je savais que personne n’allait imaginer mon histoire, les femmes savent tres bien se mentir et dissimuler.

  10. GG
    1 janvier 2019 / 20 08 24 01241

    Moi aussi j ai pleuré en lisant ton article. Bravo pour ton courage de partager ton experience!

  11. 1 janvier 2019 / 21 09 17 01171

    Quelle force, quel courage, quelle audace… tu as su trouver la force au fond du gouffre, rebondir avec ta seule volonté
    Je suis admiratrice de ton parcours. Merci de le partager avec humilité et justesse 🙏

    • Two_leblog
      1 janvier 2019 / 22 10 07 01071

      quand tu a touche le fond, soit tu y restes, soit tu grimpes le long des parois ! merci de ton soutien !

  12. 1 janvier 2019 / 21 09 39 01391

    Waooo ton récit m’a énormément émue, j’en ai eu les larmes aux yeux… Tu es une femme incroyablement forte et courageuse. Je te souhaite tout de bon en cette nouvelle année, que tes rêves se concrétise, que tu continue sur ta lancée, je te souhaite beaucoup de rires et de beaux moments entourés des gzns qui comptent vraiment et merci pour tes mots très encourageants ! Gros bisous et à très vite sur insta =)
    @lady_pipelette

    • Two_leblog
      1 janvier 2019 / 22 10 08 01081

      merci beaucoup de ton soutien! 2019 s’annoncent tres juteuse sous tous les plans haha

  13. 1 janvier 2019 / 22 10 41 01411

    Magnifique témoignage pour toutes celles qui en ont besoin… c’est tellement triste qu’on se sentent toujours obligé de faire bien parce qu’on a un mari alors on doit être heureuse. Beaucoup se taisent parce qu’elles ont honte c’est dommage et j’espère qu’on évoluera tous un jour…
    Je ne peux que te souhaiter le meilleur pour 2019. Une vie bien remplie pour toi et ta fille.

  14. Poulette de grains
    1 janvier 2019 / 22 10 52 01521

    Merci pour ce témoignage si poignant. J’ai moi même quitté le père de ma fille après des années de tortures. Comme toi, c’est ma fille qui m’a motivée pour éviter de lui infliger ce modèle la. Je suis remariée depuis 3 ans, avec un homme très aimant. Le bonheur et le calme, je les savoure chaque jour, je n’oublierai jamais.

  15. Aurélie
    1 janvier 2019 / 22 10 53 01531

    POIGNANT… c’est le seul mot qui me vient après ce récit.

  16. Myriam
    1 janvier 2019 / 23 11 01 01011

    Déterminée et débrouillarde, je trouve que ces deux mots te caractérisent bien. Et quand on a ces deux qualités, on peut aller très loin dans la vie. Moi aussi j’ai hâte de voir ce que 2019 te réserve 🙂

  17. Vilquin
    1 janvier 2019 / 23 11 11 01111

    Que dire… l’espèce humaine. Celle qui est capable de créer des monstres dont leur seul motivation est de détruire les autres.
    J’ai un respect immense pour toi, pour ton combat, pour ta force et ta volonté. Mais aussi pour le message que tu délivre, celle d’une femme qui malgré le fait qu’on essaie de la maintenir à terre, se lève et ose. Ce message, j’espere que beaucoup le lirons. Toutes celles et ceux qui sont victime sans ou avec les coups d’une relation toxique, dévastatrice.
    Bravo Constance. Et surtout merci.
    Mais j’ai juste une question, n’a tu pas peur lorsque ta fille se retrouve avec lui ?
    Xxx Sophie.

  18. Audrey Guffroy
    2 janvier 2019 / 9 09 46 01461

    Je me retrouve totalement dans ce sujet, sauf que mon ex n’a jamais posé une seule main sur moi. Malheureusement en France, rien n’est mis en place pour ce genre de situation, quand une fois, à bout de souffle j’ai réfléchi à sauter sur les voiture qui passaient sur l’autoroute, et que la police est « venue à mon secours » .la seule chose qui s’est passée, s’est qu’on m’a conduit en psy où j’ai rencontré infirmier, psy, assistante sociale, et la seule chose qu’on m’ à dit était affective ment de partir de chez lui, mais etant aussi sans ressource et sans famille autour de moi, d’attendre encore quelque temps chez lui, de mettre ma fierté de côté le temps d’économiser un eu pour avoir un appartement. Je suis rentrée chez lui, je n’étais plus capable de m’occuper de mon fils, j’étais une morte vivante, j’attendais mon heure, que tout s’arrête car la souffrance était trop forte. 2 mois plus tard je suis partie, donc en mars 2018,d’un commun accord mon fils resté avec lui pour finir l’année scolaire, je ne savait pas où j’allais vivre et je ne voulais pas l’ embarquer dans tout ça. J’ai quitter la regionpaca pour revenir près de ma famille dans le pas de Calais. Je pensais voir le bout du tunnel enfin. Quelques jours plus tard j’avais un appartement, mais monsieur a joué au plus fort, il n’a pas voulu me rendre mon fils. Une procédure de garde était enclenchée mais la justice française est très longue, je passerai en jugement que dans 2 semaines. J’ai reconstruis mon petit nid je m’en sors comme je peux mais sans mon enfant je ne vis pas comme je le devrais et j’ai hâte de savoir si 2019 me fera une fleur….

  19. Lucile
    2 janvier 2019 / 10 10 56 01561

    Merci pour ton témoignage très important pour de nombreuses femmes qui vivent (ou ont vécu) la même chose. Ma maman a vécu ça et par extension, ses enfants (dont moi) aussi et les récits de ses expériences terribles montrent que l’on peut s’en sortir et qu’on est bien plus fortes qu’on ne le croit. Je suis très heureuse que tu t’en soit sortie, pour toi, pour ta fille. Elle ne s’en rend peut-être pas encore compte mais sa maman est une guerrière.
    Je te souhaite beaucoup de courage et de force pour la suite.

  20. Malet
    2 janvier 2019 / 13 01 00 01001

    Quel témoignage… Tellement touchant.. Ta fille pourra lire ce texte dans quelques années et se rendra compte de la chance qu’elle a d’avoir une maman comme toi.
    Je te souhaite le meilleur pour cette année 2019 pour toi et ta fille.

  21. Mag
    2 janvier 2019 / 13 01 18 01181

    Merci beaucoup pour cet article qui vient du coeur. Il sonne tellement vrai. Je te souhaite une excellente année 2019 avec plein de bonheur ! de toute façon, elle est full bonus cette année 2019 😉
    Par contre, je suis très étonnée que tu n’aies pas eu de soutien ou de conseils de la part de ta famille ou d’amis (je pense notamment à des amies blogueuses ou autres).

  22. Cm
    2 janvier 2019 / 16 04 33 01331

    Oh Constance que dire…tant de douleurs, de force et de courage laisse sans voix…je te souhaite tout le bonheur pour 2019, que cette année soit le prolongement du changement que tu as entamé, bravo à toi, à la super maman que tu es et merci pour ce témoignage qui, j’en suis certaine donnera la force nécessaire à certaines de s’en sortir. Girl power les filles!! Un jour nous conquierons le monde…
    Bonne année Constance et plein de bisous 😘😘❤

  23. 2 janvier 2019 / 17 05 05 01051

    Bonjour et bonne année je sort de lire ton article qui ma beaucoup toucher pour moi aussi j’ai eux des chamboulement dans ma vie qui a eux des larmes je vais expliquer pourquoi alors voilas en le 25 juin 2015 j’ai perdu mon grand-père qui es décéder a causse du cœur et et en septembre de la même année ont a diagnostiquer a ma grand mère qu’elle avais un cancer du fois,des ovaires,du pancréas et du fois et c’est a commencer a aller mieux donc elle commençais a vaigre ces cancer mais en septembre 2016 elle es retourner a l’hôpital car sa aggraver mais malheureusement c’est les cancers qui ont gagniez car elle es décéder le 22 septembre 2016 donc 15 mois après mon grand-père qui étais son mari donc ont c’est dit c’est bon c’est fini que on attendais plus personnes a mourir mais ont c’est tromper car en novembre de la même année ont a diagnostiquer a ma maman qu’elle avais le cancer du pancréas ont c’est dit qu’elle avais toute l’année 2017 pour gagniez contre ce foutu cancer donc nos voilas en 2017 toute les semaine elle va faire des chimio et des examen pour savoir ou en est le cancer ont nous dit que il es stable mais il faut continuer la chimio donc ont répond temps mieux donc personnes décédera en 2017 nous voilas en 2018 elle a toujours sont cancer du pancréas elle fait toujours de la chimio et des examen mais fin février sa santer se dégrader donc nous ont ce dit que c’est son cancers qui s’aggrave mais malheureusement ce n’étais pas le cancer du pancréas car lui il es partie mais la le choque ont nous dit que maintenant elle a le cancer du fois donc elle continu sa chimio et c’est examen mais la fin mais elle est admis d’urgence a l’hôpital car elle mange plus et plus de force et la debut elle rentre a la maison elle continu plus sa chimio car elle a pas de force je croix que ces sa vers le juin elle retourne a l’hôpital car elle es très fatiguer et quand elle mange sa repart et qu’elle a plus de force donc ont ce dit ok mais la ont m’appelle le 30 juin a 1h30 pour me dire que ma maman es décéder donc 25 mois après sa maman donc voilas mais la ont ce dit c’est bon c’est fini car ont en a marre la presque 3 ans a suivre des décais donc ont espère que cette année qu’il aura pas de décais car ont commence en avoir marre je te souhite plein de bonheurs avec ta fille.

  24. 2 janvier 2019 / 17 05 15 01151

    Ton article est tellement poignant.. Juste bravo pour la très belle écriture dont tu as fait preuve, et un immense bravo à toi d’avoir réussi et eu le courage de mettre ses mots sur ton histoire. Ta fille pourra être très fière de toi et tu peux également l’être.
    Bonne continuation et je te souhaite une très belle année 2019 !

  25. Laetitia
    2 janvier 2019 / 17 05 34 01341

    Bonjour Constance,

    Merci Constance pour ce témoignage poignant .
    Tu es une battante et tu es forte.
    Je ne te souhaite que tu beau pour la suite ainsi qu’à ta fille.
    Tu le mérite, vous le méritez toutes les deux.
    Alors belle année 2019 ⭐️

  26. Moug
    2 janvier 2019 / 18 06 20 01201

    Admiration totale…. bravo de témoigner c’est Très inspirant ! Merci !

  27. Véro
    2 janvier 2019 / 19 07 12 01121

    Bravo Constance pour votre courage et votre force. Je vous souhaite d’être heureuse et de vous épanouir

  28. SYL VIE
    2 janvier 2019 / 19 07 39 01391

    Constance,
    Je suis encore sous le choc, ton témoignage m’a bouleversée…
    J’en ai les larmes aux yeux et en même temps je suis admirative.
    Il faut beaucoup de courage et de force pour faire que la spirale de violence s’arrête.

    Même si c’était vital, pour que vous ayez un avenir toi et ta fille.
    Je n’ose imaginé ce que j’aurais fait en de telles circonstances.

    Je suis contente que tu t’en sois sortie, que tu aies trouvé le courage de partir et d’appeler au secours.
    Que malgré cette solitude tu aies trouvé finalement de l’aide.

    Je te souhaite une excellente année 2019 dans ta nouvelle vie,qu’elle soit riche de nouvelles aventures.
    Je te souhaite plein de bonheur avec ta petite puce. Je te fais un énorme câlin et plein de bisous.

  29. Amandine Lachapelle
    2 janvier 2019 / 21 09 11 01111

    Bonjour Constance,
    Ton récit m’a glacé le sang. En effet, sur papier, sur photo, c’était le rêve américain alors que tout le contraire. Comment peut il y avoir encore des hommes ainsi? Ma grand mère a souvent dit que quand la porte était fermée, on ne savait pas ce qu’il ce passait derrière… Félicitation pour ton courage, ta force, ta détermination… Tu es pleine de talent (ta table est fantastique!). Je te souhaite pleines de belles rencontres, de l’amitié, du soutien, une revenge sur ces terribles années, de la réussité… Tout le bonheur du monde et la santé à toi et ta fille! Amitié, Amandine.

    • Two_leblog
      3 janvier 2019 / 5 05 18 01181

      c’est vraiment ca, le nombre de femmes qui me disaient que leur mari etait pas sympa mais qu’elles faisaient avec pour les enfants c’est effarant. une fois qu’on en parle, on se rend compte que cela touche beaucoup de monde.

  30. Vinciane
    2 janvier 2019 / 21 09 27 01271

    Que dire tu as beaucoup de courage et je te souhaite une très belle année 2019 avec ta choupette 😘

  31. Alexandra DARMO
    2 janvier 2019 / 23 11 13 01131

    Ton histoire m’a émue et j’en ai les larmes aux yeux… Elle m’a donné des frissons. On ne s’imagine pas que cela puisse exister… Tu as tellement de courage, tu peux être fière de toit ! Et ta fille le sera aussi ! J’ai tellement envie de te connaître, tu dois être une femme extraordinaire ! Je souhaite que cette année 2019 soit le début de ta nouvelle vie pleine de projets, que vous soyez toutes les deux heureuses et en bonne santé !
    Alexandra.

    • Two_leblog
      3 janvier 2019 / 5 05 17 01171

      Merci beaucoup! et oui il faut garder en tete que les reseaux sociaux ne sont qu’une vitrine, les gens ont tres souvent peur de montrer le revers de la medaille! merci de otn soutien !

  32. Lavie Araujo
    2 janvier 2019 / 23 11 52 01521

    Bravo Constance ton témoignage m’a boulversé Je suis admirative de ton courage Je suis heureuse de suivre tes aventures sur Instagram je suis sur que 2019 sera encore plus belle et créative Profite a fond de la vie et de ta fille 💕

  33. Victoire
    3 janvier 2019 / 0 12 54 01541

    Bravo pour votre courage et votre ténacité! Quelle belle leçon de vie. Je vous souhaite le meilleur pour cette nouvelle année. Tout cela est loin derrière vous. Victoire

  34. Déborah
    3 janvier 2019 / 17 05 33 01331

    Témoignage très poignant et très agréable à lire. Je te félicite du parcours que tu as effectué jujusqu’ici je te souhaite pleins dr bonnes chose, heureuse année à toi !

  35. Hortense
    5 janvier 2019 / 13 01 47 01471

    Quel courage, je n’ai pas les mots pour saluer votre force alors un grand Bravo ! Quand votre fille sera en âge de comprendre, elle ne pourra qu’être fière d’avoir une mère comme vous.
    Toutefois, une question me trotte dans la tête… Pourquoi n’êtes vous pas rentrée en France auprès de votre famille ? De plus, en tant que citoyenne française, vous auriez pu bénéficier des aides juridictionnelles pour vous faire représenter par un avocat spécialisé en droit international privé, ou encore contacter des associations agréés…

  36. Camille
    5 janvier 2019 / 23 11 06 01061

    Très touchant et extrêmement courageux… Ce récit résonne en moi, cette année j’ai décidé que je serai heureuse quelqu’en soit le prix.
    Votre vérité se révèle très utile, au delà de vos espérances je pense.
    Très bonne continuation ! Et merci beaucoup.

  37. Babette
    6 janvier 2019 / 11 11 32 01321

    Bonjour
    Quelle leçon de courage. Vous pouvez être fière de vous. Je vous souhaite le meilleur pour l’avenir et je vois que vous faites tout pour.
    Bises

  38. Jane
    14 janvier 2019 / 12 12 41 01411

    Quel courage ! Magnifique témoignage plein d’espoir ! BRAVO !!!

Laisser un commentaire